Procès de Simone Gbagbo : la défense plaide la démence

Procès de Simone Gbagbo

Un mandat d’arrêt a été délivré sous scellés à l’encontre de Simone Gbagbo le 29 février 2012 par la Cour Pénale Internationale.

Finalement c’est la justice ivoirienne qui s’occupe de la juger depuis le 31 mai 2016 pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité ». L’enjeu du procès est de déterminer son rôle lors de la crise post-électorale de 2010-2011 ayant fait au moins 3 000 morts en Côte d’Ivoire.

L’accusation a produit en tout 28 témoins mais pour l’instant cela n’a pas permis d’établir de manière irréfutable que les violences avaient été ordonnées par l’intéressée. La défense en a profité pour mettre en exergue la faiblesse du dossier dans ce procès d’assises et compte, pour se donner plus de chance de réussite, plaider la démence de Simone Gbagbo au moment des faits.

La défense a fait appel à plusieurs spécialistes pour prouver l’inaptitude de l’intéressée qui était en situation de stress extrême à cause des élections.

L’audience reprendra le 18 octobre prochain avec la constitution des parties civiles.

Ce qu’en pensera le juge reste à voir…

Commentaires Facebook

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*